Rover's Bush Restaurant

Accueil
Sur la route, sur la piste
Franchissements 4x4, équipement
Initiatives intéressantes
Rencontres et tranches de vie
Insolite ou amusant !
Cuisines du monde
Qui nous sommes
Merci !
Cliquer sur les photos pour les agrandir.

Dîner en robe longue et costume cravate en plein bush australien

Le Land Rover Owners' Club Sydney, le club des propriétaires de Land Rovers du New South Wales est connu dans toute l'Australie pour une de ses manifestations, le Rover's Bush Restaurant.
Peu après notre arrivée en Western Australia, nous en avions entendu parler par des propriétaires de Land Rovers intrigués que les habitants de Sydney ne fassent pas les choses comme tout le monde et aillent dîner dans le bush sur leur trente et un.
Alors que nous voyagions début 2007 entre Adelaide et Melbourne, en route vers la Tasmanie, nous avons reçu notre invitation par e-mail, envoyée par un Roger que nous n'avions jamais rencontré. Visiblement, le mot avait circulé sur les deux Français en Land qui s'intéressent à la cuisine traditionnelle ! Inutile de dire que nous étions enthousiasmés à l'idée de participer à cet incroyable événement prévu pour la fin mars.
Ne voulant rien rater, y compris les phases de préparation, nous sommes arrivés avec Roger sur place, à Borraluw Creek dès la veille au soir. Il fallait que l'on soit là pour voir, le lendemain matin, la transformation de cette aire de pique-nique.
Tout a commencé à exister réellement lorsque l'on a installé le panneau en bois qui marque l'entrée du Rover's Restaurant sur un cercle de prairie entouré par une corde sur piquets. La scène s'arrange, elle est maintenant prête à recevoir accessoires et comédiens.
[photo r170207-rb_p-wooden-gate.jpg]
Côté coulisses, quatre larges grilles sont installées sur des feux naissants alors que les marmites de camp des premiers arrivants sont réquisitionnées.
À nos yeux, une des icônes de cette manifestation resteront ces pots alignés tous ensemble sur le sol, sous l'auvent de la cuisine, avec leur promesse silencieuse d'un dîner délicieux.
Alors que légumes et fruits sont pelés et hachés par notre "chef" Roger et son équipe de marmitons, les invités montent leur camp. Un couple installe un immense auvent sous lequel nous pourrions tous nous réfugier si le soleil le cédait à la pluie. D'autres, moins expérimentés, se débattent avec leur petites tentes et offrent involontairement une distraction imprévue à un public amusé, complice et attendri.
Du point de vue culinaire, nous avons énormément appris de cette expérience, de surcroît typiquement australienne ! La simple idée d'utiliser une marmite posée sur un feu de bois comme un véritable four est totalement fascinante pour un Français intéressé par la cuisine.
Pour nous, le plus magique, c'est l'art avec lequel nos chefs posent des braises sur le couvercle de la marmite pour dorer le plat qui cuit à l'intérieur. Pour atteindre cette maîtrise, nous en avons bien pour quelques années, mais au moins avons-nous démarré avec les bons maîtres !
Pendant que nous observions feux et marmites en coulisse, d'autres ont monté les décors côté scène. Sur les nappes blanches sont élégamment disposés couverts, verres, assiettes et même chandeliers. Les tables sont décorées de festons de dentelle et de chandelles, assortis d'arrangements floraux ou de guirlandes de feuilles. Nous naviguons de table en table, admiratifs des efforts de chacun. Nous aurions volontiers décerné une palme à ce couple plein d'humour qui, croyez-le ou non, a dressé sa table avec un panneau "Réservé" posé entre des sets de table au motif "checker-plate" (1).
On nous fait l'insigne honneur de nous offrir deux polos, du même modèle que celui porté par l'équipe de cuistots. Comme tous les autres invités, nous recevons également le badge "Rover's Bush Restaurant", que depuis nous avons fièrement cousu sur nos vestes en laine polaire favorites, celle du Land Rover Owners' Club of Australia - cadeau de nos parrains du club.
Alors que le soleil flirte avec l'horizon, les campeurs rejoignent leurs véhicules transformés en salons d'essayage d'où ils sortiront bientôt en costumes de soirée. Martine enfile un T shirt noir sur lequel sont imprimés noeud papillon, col de chemise et boutons - cadeau d'un autre adorable couple - et Robert revêt un vrai costume. C'est la première fois depuis notre départ de France il y a deux ans que son "habit de lumière" est de sortie !
Soudain, dehors, il semble qu'une toute nouvelle clientèle ait élu le Rover's Bush Restaurant comme l'endroit à la mode où se montrer. Même le Gouverneur et son épouse sont là ! Enfin, c'est ce qu'on pourrait croire, au vu de leurs costumes d'époque. Et puis il y a cet invité en noeud papillon, au port royal, avec au bras son épouse affublée d'un boa et dans le sillage du couple, leur jeune protégée.
Nos préférés, ce sont la Princesse Grenat et son pompeux majordome à la gigantesque cravate noire de la taille d'un plateau, sur laquelle sont posées de véritables assiettes !
Une paire de complices hilares posent en haut de forme et queue de pie. Un ami et son épouse tirés à quatre épingles sont du dernier chic tout en noir, avec en touche finale, une magnifique fleur fixée sur l'épaule.
Ces autres invités ont même assorti leurs élégantes tenues au décor de leur table - roses rouges et chandelles pour une soirée très romantique.
La classe intemporelle et éthérée d'un participant en costume sombre et écharpe blanche ne le cédait pas au distingué jeune homme en kilt écossais.
Même les enfants sont de la partie : avec beaucoup de style, deux jeunes frères portent un gilet miniature sur leurs petites chemises blanches. Une répétition générale pour mieux tourner quelques têtes féminines au Rover's Restaurant de... 2017 ?
Nous ne pouvons tous les mentionner, mais tous les présents avaient fait un effort d'élégance pour cet événement unique en son genre.
Les festivités démarrent par un apéritif sous un ciel clair, éclairé de milliers d'étoiles. Côté jardin, on nous sert une boisson qui restera une des plus exotiques et sophistiquées que nous ayons jamais vu dans une flûte : un vin blanc pétillant rosi par une fleur d'hibiscus délicatement posée au fond du verre. "Et elle, se mange !", recommandation à laquelle nous nous plions volontiers. Nous sommes touchés que ce couple ait pensé à apporter deux flûtes supplémentaires pour nous, juste au cas où nous n'aurions pas saisi le concept australien de BYO (2)... qui nous avait effectivement échappé.
À l'évidence, nos voisins de table ont suivi le même raisonnement et ont aligné quantité de bouteilles de vin rouge pour nous permettre de tenir la soi-disante réputation des Français - contre laquelle, au passage, nous tenons à nous inscrire en faux. Se doutant que notre équipement ne contenait que des tasses isolantes, ils nous ont même offert pour l'occasion une paire d'élégants verres à pied en acier inoxydable. Quel parfait souvenir !
Côté cour, les boissons sont accompagnées de grignotes en tous genres, formes et couleurs et d'une véritable mise-en-bouche : des champignons crus dans une délicieuse marinade à l'huile, ail et ciboulette.
Puis le dîner est servi. Nous avons bien aimé l'entrée, une tranche de porc rôti délicatement soulignée d'une touche de mangue et servie sur un lit de salade. Le plaisir que Martine prend à son osso bucco est de courte durée : Robert "l'emprunte" pour le goûter... et confisque l'assiette ! Inutile de dire que le filou avait déjà achevé son morceau du fameux rôti de boeuf à la Rover's Restaurant. Peu importe pour Martine, qui se console avec une généreuse portion de délicieux légumes accompagnés de pommes de terre et de "kumera" (3).
Un court entracte avant le dessert procure aux invités le temps d'aller revêtir une couche supplémentaire de vêtements. Martine enfile un manteau de - fausse - fourrure, apporté pour elle par une invitée et amie, une délicate attention de celle qui, avec son chapeau aussi grenat que sa robe, ressemble tellement à une princesse russe, éternellement suivie par son majordome maintenant coiffé d'une chapka.
Comme nous avions déjà goûté "l'apple crumble" (4) de Roger pendant notre périple ensemble en Tasmanie, il n'était pas question pour nous de rater le dessert. Martine dévore prudemment son dessert en s'assurant que Robert n'est pas dans les parages... ainsi que la moitié du sien, des bananes au four dans leur beurre au rhum. C'était tellement bon qu'elle en oublie même de se sentir un peu coupable !
Un sage australien a dit qu'un bon repas ne fait pas à lui seul le succès d'une soirée sous les étoiles. Il faut ajouter : être autour d'un bon feu et en bonne compagnie. Peut-être bon nombre de Français seraient tentés d'oublier le feu au profit d'un bon repas, tellement la bonne chère est inscrite dans notre code génétique. Mais au Rover's Bush Restaurant, le Français au fond de nous s'est trouvé comblé à tous points de vue.
On s'attarde à table, devisant à la lumière chatoyante des bougies. Autour de nous, l'obscurité de la nuit est rehaussée par les flammes des feux de camp.
La soirée se poursuit debout, verre à la main, lorsqu'un petit groupe se presse autour du télescope que nos amis ont installé sur l'aile d'Alistair, notre Defender. Nous passons un moment magique à observer à tour de rôle les étoiles et la pleine lune qui vient de se lever.
La fraîcheur de la nuit tombant peu à peu, les amis ajoutent une nouvelle couche de vêtements chauds et rapprochent leurs chaises autour d'un grand feu qui se trouve soudain suralimenté par un invité débordant d'enthousiasme.
Conversations et boissons allaient encore bon train lorsque, épuisés et ravis, nous nous sommes retirés dans notre chambre de toit.
Les premiers sons entendus au réveil n'étaient pas le chant du "kookaburra" (5), mais les ronflements de notre plus proche voisin. Impossible cette fois d'accuser ses deux dogues, comme il en a paraît-il l'habitude, les chiens n'ayant pu être de la partie ce week-end car chiens comme chats sont interdits dans les parcs nationaux.
Le camp s'éveille peu à peu en cette splendide matinée. Les lève-tôt, qui ont déjà allumé les feux sur lesquels bouillent joyeusement quelques "billies" (6), sont progressivement rejoints par le reste de la troupe.
Comme Robert l'avait présupposé, le petit déjeuner semble une opération laborieuse pour la plupart... Aussi ses crêpes chaudes sont les bienvenues pour ceux qui ne se sentaient pas de cuisiner ce matin.
Peu après, nous rejoignons un petit groupe bien décidé à s'amuser encore un peu avant de rentrer à la maison. Pour sûr, la poignée de gamins qui jouent si bien ensemble a dû déclencher quelque chose en nous ! Nos amis installent leur mini table de billard sous le grand auvent et nous sortons notre jeu de mini boules pour une partie de pétanque (7). Combiner des équipes de vrais débutants avec des joueurs plus expérimentés donne lieu à quelques joutes équilibrées, de quoi ravir tous les participants.
Avant l'heure du départ, une grande opération nettoyage est lancée pour effacer toute trace de notre présence - et au passage, aussi celles d'autres visiteurs moins délicats. Assister au départ des anciens et nouveaux amis et voir le camp se vider progressivement est toujours un moment un peu triste. En ce qui nous concerne, nous aurions bien aimé figer cette journée pour toujours... Reste cependant un sentiment de profond bonheur, attaché aux moments de perfection.
Bien que notre tour du monde soit loin d'être achevé, nous savons que cet événement unique restera un des moments les plus exceptionnels et inoubliables de notre grand voyage... et sans aucun doute une expérience du "folklore" australien des plus inattendues !
Nous remercions vivement toute la compagnie, organisateur, aides et participants pour ces merveilleux moments. Chapeau bas à toi, Roger !

Mini lexique

(1) "checker plate" : motif à carreaux de quatre ou cinq stries anti-dérapantes en relief, par exemple sur les plaques d'aluminium qui sont utilisées pour renforcer, notamment, le dessus des ailes de nos Land Rovers.
(2) "BYO" : Bring Your Own. Littéralement "Apportez Le Vôtre". Sans aucune autre précision, cette mention sur une invitation concerne votre alcool. Sinon, il sera indiqué que cette mention s'applique par exemple à votre chaise, votre nourriture, vos appâts, etc... selon les circonstances.
(3) "kumera" : patate douce
(4) "apple crumble" : dessert composé de morceaux de pommes recouverts d'un mélange de flocons d'avoine, de sucre et de beurre, habituellement cuit au four.
5) "kookaburra": sorte de geai au plumage très gai et au chant incroyable, qui fait "ouh, ouh, ouh, ha, ha, ha, ha !". Comme un éclat de rire et certainement un des sons les plus emblématiques de l'Australie.
(6) "billy" : bouilloire, souvent un simple pot en métal dans lequel on fait bouillir l'eau dans le bush.
(7) pétanque : pour notre grand voyage, nous avons remplacé les boules en acier de la taille d'une orange de ce jeu traditionnel français par un jeu de mini boules de la taille d'une noix, pour des raisons évidentes d'économie de place et de poids...
Note finale : estimant très improbable une aussi belle occasion de porter à nouveau son costume au cours de notre voyage, Robert a finalement obtenu l'accord de Martine pour renvoyer celui-ci en France et gagner un peu de poids et de place...